GILLES GUYON

Les Studios Bellarue 17

UrbainMood : Bonjour Gilles, pour te présenter, quel est ton nom d'artiste ?

 

Gilles Guyon : Qforce pour Quiet Force. Ça vient de la force tranquille, c’était mon blaze de Dj (radio – soirées), époque aujourd’hui derrière moi. En français, on fait facilement le rapprochement avec la campagne victorieuse de Mitterrand en 1981, c’est ma génération et ça m’amuse.

UrbainMood : Quelle est ton activité professionnelle ?

Gilles Guyon Je me présente depuis peu comme photographe car c’est ma manière de figer le temps. Mon fonctionnement pluriel m’amène à jongler entre shooting photo en studio, captation de concerts en streaming (régulièrement pour Le Ferrailleur), clips et montage de projets. Mon activité autour de l’image est variée, nourrie de projets qui s’imbriquent et s’alimentent les uns avec les autres. Ils sont regroupés sous « Les Studios Bellarue 17 », cofondé avec Claude Bidima (ingénieur du son) et Malh’ (réalisateur vidéo).

UrbainMood : Depuis quand habites-tu à Nantes ?

Gilles Guyon : Depuis ma naissance en 1978.

Urbain Mood : Que penses-tu de la ville de Nantes ?

Gilles Guyon :  Nantes, c’est la ville à laquelle j’appartiens depuis toujours. Ma relation à elle est profonde, on peut dire que je suis un nantais convaincu, ce qui m’a souvent fait manquer d’objectivité en la qualifiant de plus belle ville du monde.

 
 
J’ai d’abord vécu la première partie de ma vie dans les quartiers Nord et j'ai donc un attachement particulier pour cette partie de la ville qui dans les années 80 était vraiment excentrée. Mon quartier La Boissière, c’était un petit village de béton. J’en garde des souvenirs d’enfants avec déjà à l’époque un intérêt pour la diversité qui m’entourait et m’a permis de découvrir le monde sans voyager. La ligne 2 et la médiathèque Nord sont arrivées mi 90, ça a changé beaucoup de choses comme le fait de pouvoir rejoindre le centre-ville en 15 min et s’évader plus facilement vers mes centres d’intérêt.
 
Dès que j’en ai eu l’occasion, j’ai « émigré » vers le quartier Ile de Versailles qui me rapprochait du centre en gardant le côté village, les bords de l’Erdre étaient vraiment très différents au siècle dernier. Ça, c’était avant la pression immobilière qui touche toutes les grandes villes, les inégalités sont croissantes et il faut rester vigilant.
 
Aujourd’hui, je suis toujours autant épanoui à Nantes, même si ce n’est pas New-York. L’offre est débordante, ça regorge de talents que j’ai toujours plaisir à découvrir et je suis curieux des projets qui sortent. Pour le côté culturel qui m’anime, les choses ne sont pas si simples, fluides et spontanées qu’on ne le pense, trop d’acteurs culturels, 
Peu importe pour moi leur discipline, qu’ils soient pro ou amateur, nombreux d'entre eux galèrent encore pour se produire ou bien même juste pour avoir un petit lieu pour répéter. Il y a encore beaucoup à faire et j’espère sincèrement que la sortie de pandémie offrira de nouvelles initiatives « en réel ». Peace ✌

 Retrouvez Gilles sur la toile

Autoportrait de Gilles GUYON

UrbainMood Mag est un média de société

qui met en avant les arts urbains afin de sensibiliser la population nantaise sur les talents et initiatives de la communauté et diaspora Afro-caribéenne.

Mentions légales

© Tous droits réservés. 2019 | URBAIN MOOD MAG

 

Réalisé à Nantes par Riann Mnr

  • Facebook
  • Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now